Enseignement moral et civique: l’étrange relégation de la laïcité

Si les récents attentats perpétrés en France nous ont permis d’observer l’attachement des Français à la liberté d’expression et à la laïcité qui laisse chacun libre de croire ou de ne pas croire, ils ont aussi amené la plupart des membres du Gouvernement a afficher leur volonté opiniâtre de défendre la République et ses valeurs de liberté et de tolérance. De fait, quand la minute de silence en hommage aux victimes des attentats a été chahutée dans tel ou tel établissement scolaire, c’est la Ministre de l’Éducation elle-même qui s’en est émue en promettant de défendre le principe de laïcité. Aussi est-ce avec un grand intérêt que le professeur de philosophie que je suis attendait   la publication du projet de Programme pour l’enseignement moral et civique[1], programme défini par le Conseil Supérieur des Programmes (C.S.P.) et censé être mis en application dès la rentrée prochaine.

Car enfin, comment pouvons-nous, aujourd’hui, feindre d’ignorer les appels de ceux qui, aliénés à une vision marxiste de la société, ne voient plus dans l’universalisme républicain qu’un dispositif de domination des minorités culturelles? En outre, l’heure n’est-elle pas éminemment grave, qui voit de plus en plus souvent les défenseurs de la laïcité soupçonnés d’islamophobie ? En un mot comme en cent, comment l’École, dans une période dans laquelle le pacte républicain est plus que jamais menacé, pourra-t-elle bien assumer sa vocation émancipatrice et fédératrice sinon en mettant ses pendules à l’heure exacte de la laïcité ? Or, le programme pour l’Enseignement moral et civique, sous sa forme actuelle, peut-il contribuer à relever ce défi ? Qu’il nous soit permis, ici, d’en douter et d’en expliquer les raisons.

Publié, faut-il le rappeler, sous l’autorité de la Ministre de l’Éducation, ce programme, pour ce qui concerne le cycle 4 (celui du lycée) de l’enseignement secondaire, comprend deux parties. La première concerne les lycées d’enseignement général, la seconde les lycées professionnels préparant aux C.A.P. et aux B.E.P.

Or, en ce qui concerne les lycées d’enseignement général, il est actuellement prévu que la laïcité n’y soit pas explicitement abordée avant le niveau de la classe de Terminale alors qu’il eût été tout à fait opportun de le faire dès la Seconde, par exemple en traitant « l’État de droit et les libertés individuelles et collectives »[2]. Notre Ministre de l’Éducation se dit soucieuse de défendre la laïcité. Soit ! Mais dans cas, qu’elle explique alors aux Français pourquoi, dans ce nouveau programme, son importance est à ce point minorée ! D’autant que le programme censé être appliqué dans les lycées professionnels est, quant à lui, simplement mais franchement stupéfiant ! Car ici, et il faut le lire pour le croire, la notion de laïcité n’apparaît nulle part   alors qu’elle aurait pu, là encore, opportunément être introduite dans le chapitre consacré aux « libertés individuelles et collectives »[3]. Aussi incroyable que cela puisse être, les faits, en l’occurrence le programme élaboré par le C.S.P., sont là, qui prétendent aujourd’hui qu’il ne convient pas d’expliquer aux élèves des lycées professionnels ce que signifie, en France, la laïcité.

Le professeur de philosophie, en déplorant qu’un projet d’enseignement moral et civique fasse si peu de cas de notre mémoire républicaine, ne peut donc manquer de s’interroger.  De quoi ce silence assourdissant est-il bien le nom ? Car enfin, notre Ministre de l’Éducation et les membres du C.S.P. imaginent-ils que nos lycées professionnels sont aujourd’hui les symboles et les fleurons de la mixité sociale ? Nul ne l’ignore, pourvu qu’il soit de bonne foi : statistiquement,   ces établissements, loin des filières générales, plus sélectives, scolarisent un grand nombre d’élèves issus de l’immigration et appartenant aux minorités culturelles, ethniques et confessionnelles. Que veut   dire, alors, le C.S.P.? Que ces élèves ne méritent pas d’être instruits du sens républicain du dispositif laïque ? Que l’enseignement de la laïcité est ici superflu ? Ou qu’on l’imagine   ici voué à rencontrer des résistances trop difficilement surmontables?   N’ayons, dès lors, pas peur des mots: le C.S.P est-il « tombé sur la tête », qui semble ignorer que s’il y a bien un territoire scolaire, sinon perdu, du moins à reconquérir sans cesse en matière de laïcité, c’est sans doute et d’abord   celui de l’Enseignement professionnel ?

Il est temps de conclure notre propos. Si nous devons nous féliciter que la puissance publique entende défendre   les valeurs qui fondent le projet républicain, encore faudrait-il que cette intention ne reste pas lettre morte   et que le Gouvernement, à travers la création de l’Enseignement moral et civique, se saisisse de cette occasion, non pour renoncer à   la laïcité, mais pour en expliciter avec détermination sa signification et ses vertus. Car si l’idée laïque est bien, pour ainsi dire,  le poumon de la République, alors elle doit être l’objet d’un enseignement beaucoup plus étendu que celui qui lui est actuellement dévolu dans le Projet de programme pour l’enseignement moral et civique. Qu’il nous soit ainsi permis d’espérer qu’en cette affaire très sérieuse la Ministre de l’Éducation saura sans tarder joindre le geste, le bon, à la parole qui ne saurait en aucun cas en tenir lieu. Il y va d’abord de sa crédibilité mais il y va surtout de l’avenir de l’École, le socle même de la nation disait Jules Ferry…

Tribune publiée dans Le Figaro le 26 février 2015

[1] Projet publié le 18 décembre 2014. Texte consultable à l’adresse suivante : www.education.gouv/csp.

[2] Page 7 du Projet.

[3] Page 4 du Projet.